Mercredi, il faisait ce temps-là:











Alors, avec mes princesses-monstres nous avons parlé de l'Epiphanie.
Je leur ai expliqué les rois mages qui étaient 12 au départ mais 3 se sont taillés la part du lion.

C'est devenu la fête des rois de France, tradition qui a perdurée au delà de la Révolution. Mais, auparavant, cela correspondait à une fête paienne avec beaucoup de débordements. L'Eglise a mis alors le haut-là et c'est devenu la fête que nous connaissons plus ou moins.

On partageait la galette en autant de part que d'invités plus une: celle de Dieu ou de l'absent. Le plus petit de la maisonnée se glissait sous la table et désignait l'attribution des parts. Le roi ou la reine était celui qui trouvait la fève et il/elle choisissait son alter ego en mettant la fève dans son verre.
Personne ne devait boire avant que le roi n'est dit avec toute l'assemblée: "le roi boit! le roi boit!" Si quelqu'un oubliait, il avait un gage, on le barbouillait de suie. Qui le fait encore?

Dans le sud de la France c'est une brioche à la crème surmontée de fruits confits ou de pâte d'amandes. Dans le ch'nord (à prononcer à la Galabru) c'est un Pitiviers: pâte feuilletée fourrée (ou pas) de frangipane.
Toujours est-il que depuis le 17ème siècle jusqu'au début du 20ème, les boulangers faisaient gratuitement leur galette pour leurs clients... ça a bien changé.
Pour ma part, nous avons choisit le Pithiviers dans sa version la plus ancienne, sans pâte... roulement de tambours...
le Pithiviers fondant ou glacé (c'est comme on veut).

Recette (j'ai fais à vu de nez):

3 oeufs + 1jaune +1 blanc
160g de poudre d'amandes
150g de sucre
120g de beurre pomade
1 sachet de sucre vanillé
1 cà soupe de farine
1cà soupe de rhum
sucre glace


Mélangez les sucres avec le beurre en pomade, ajoutez les oeufs entiers 1 par 1 ainsi que le jaune. Puis, incorporez la poudre d'amandes, la farine et le rhum.

Versez dans un petit moule à manqué, ne pas oublier de mettre les fèves:
bon, les filles ont été prudentes: il y en a 4!
Enfournez 40 min (environ).
On prépare le glaçage avec le blanc d'oeuf avec le sucre glace (alors là, c'est pifomètre complet). Quand le gâteau est froid, on étale. 
Mes filles se sont exclaméees: "c'est de la neige!" alors ni une ni deux j'ai sorti des décors.
 
  








C'est un peu kitsch mais c'était drôlement bon et moelleux voire succulent selon mes princesses (je doute de l'objectivité, comme elles l'ont fait elles-même...)
Et après, nous avons chanté: "J'aime la galette, savez-vous comment?
Quand elle est bien faite avec du beurre dedans. Tralala Tralalèreeee..."
Retour à l'accueil